soupers rencontres québec Il n’y a personne au Canada qui aime être à dîner avec toutes les bavardages qui ont lieu pendant les soupers-rencontres. En fait, je n’ai pas encore rencontré de personne qui aime être à un dîner avec ses concitoyens canadiens. Le fait est que j’ai également participé à l’un de ces dîners. Permettez-moi maintenant de vous parler d’un après-midi à la table du souper où j’ai été rejoint par un groupe de résidents de Squetres, une banlieue francophone de Montréal.

J’avais invité le groupe à assister à une cérémonie du jour du Souvenir que je dirigeais dans notre église locale des légionnaires dans le cadre de ma contribution au Fonds du patrimoine des lanciers. L’événement a eu lieu lors de notre réunion hebdomadaire des légionnaires. J’ai ouvert la réunion par un bref exposé sur la situation concernant la guerre en Irak, puis je suis rapidement passé au thème du jour du Souvenir. Vers le milieu de mon discours, j’ai senti que le groupe entrait dans un débat animé sur un point que j’avais recommandé à la réunion. J’ai décidé d’intervenir avec quelques mots bien choisis.

“Le problème qui nous occupe ce soir, ce sont les terribles souffrances vécues par nos concitoyens en Irak. Certains d’entre vous considèrent la guerre comme un mal nécessaire, tandis que d’autres la considèrent comme une réalité destructrice et laide. Il appartient à chacun d’entre nous de trouver la bonne façon d’utiliser notre influence pour aider à mettre fin à la guerre. ” La foule a éclaté d’acclamations et je dois avouer que je me suis sentie légèrement décontenancée par leur passion et leur intensité. J’espère que je ne leur ai pas fait trop peur, d’autant plus que la majorité d’entre eux étaient des nouveaux arrivants au Canada et dans ce pays pour la première fois.

Categories: Uncategorized